click to go to homepage
Alexis Sanchez fête un but pour l'Udinese en 2010.

Alexis, bête d'entraînement

Le dernier numéro d'Inside United est sorti. Notre nouveau n°7 en est la vedette.

En plus de faire la couverture d'Inside United, Alexis Sanchez est l'objet d'une section rien qu'à lui à l'intérieur du magazine des Red Devils.

Parmi les 16 pages dédiées à notre nouveau n°7, le journaliste Sheridan Bird, qui suit la carrière d'Alexis de près, parle des exploits du Chilien en Amérique du Sud et de son parcours jusqu'aux sommets.

Le journaliste italien Pietro Oleotto, qui a suivi l'attaquant lors de son passage à l'Udinese en Serie A, décrit comment il est devenu l'homme qu'il est aujourd'hui en se renforçant physiquement.
Inside United - Mars 2018
Le journaliste italien Pietro Oleotto déclare

"Il a donc commencé à se renforcer et ils lui ont même construit une salle de sport adaptée à ses besoins. Il y allait pendant deux heures par jour après l'entraînement. Je me souviens le choc que j'ai eu en le voyant transformé ainsi.”

“Lors de sa première saison, il [Alexis] était tout maigre et il restait scotché à l'aile droite”
, se souvient Oleotto.
“Il n'avait pas les atouts physiques qu'il fallait pour aller dans la surface de réparation. Mais l'équipe avait besoin de lui à un poste plus axial, plus près du but, pour pouvoir profiter de ses dribles.”


“Il a donc commencé à se renforcer et ils lui ont même construit une salle de sport adaptée à ses besoins. Il y allait pendant deux heures par jour après l'entraînement. Je me souviens l'avoir vu lors d'un camp d'entraînement de pré-saison et sa transformation m'avait choqué.”


À propos du dévouement de l'attaquant, il ajoute :
“Un jour, après l'entraînement, Alexis est parti faire du shopping à Udine. Mais il a laissé ses clés et son téléphone portable dans sa voiture, fermée à clé.”
“Je ne sais pas ce que le commun des mortels aurait fait, mais lui, il est rentré chez lui en courant. Il a couru les 8 km qui séparaient le cœur de la ville de sa maison dans les collines. Des gens l'ont vu, Alexis, en train de courir, avec le survêt' du club et ils nous ont appelés, au journal. C'était typique d'Alexis de transformer cette situation en un cross-country improvisé.”