Young

Young : "Je ne voulais aller nulle part ailleurs"

Dans notre dernier podcast, le capitaine de Manchester United Ashley Young révèle que, lorsque les Red Devils sont venus pour lui, il n’a pas hésité une seconde à signer.

L'Anglais de 34 ans a discuté avec Sam Homewood dans le dernier épisode de notre podcast hebdomadaire oddiciel, disponible sur Deezer et autres sources de podcasts dès aujourd'hui.

Young est bien évidemment revenu sur l'ensemble de sa carrière de Watford à United, sans oublier son passage à Aston Villa, et nous éclaire sur son transfert vers Old Trafford, survenu au cours de l'année 2011.

 

Ashley Young déclare

« Pendant 10 minutes, on a parlé de football, le reste, c’était à propos de chevaux et de vin ! C’était l’un de ceux qui dégageaient une ambiance. »

« J’ai parlé à l’actionnaire [d’Aston Villa] Randy Lerner. Et à l’époque, ile ne voulait absolument pas me laisser partir », nous a appris le numéro 18 mancunien.

Young était un élément essentiel là-bas : il faisait partie de l’équipe d’Aston Villa arrivée en finale de la League Cup que United gagna en 2010 à Wembley, et il figurait dans les équipes de l’année de la PFA deux années de suite, en 2008 et en 2009.

À l’annonce de sa volonté de changer d’horizon, plusieurs clubs se sont proposés : « Mon agent m’a appelé et m’a dit : ‘Écoute, tu arrives dans la dernière année de ton contrat, plusieurs équipes te veulent’. Il a dit Liverpool, on avait déjà discuté avec City. Puis, il a dit United. Et là, j’ai répondu : ‘Quand vais-je rencontrer Sir Alex ? Où est le stylo ?’ ».

« Il n’y avait pas d’autres endroits où je rêvais plus d’aller. »

« L’histoire du club, les joueurs qui sont passés par ici, ce qu’ils ont réussi. Pour moi, c’est l’endroit où je veux être. Je voulais venir ici et marquer ce club de mon empreinte. Jouer pour le plus gros club — pour moi — au monde… Dès que mon agent m’a dit ça… On n’a même pas pris la peine de rencontrer Liverpool ! »

« Je me rappellerai toujours de ma rencontre avec Sir Alex à Londres. Je pense que ça a dû durer deux heures. Pendant 10 minutes, on a parlé de football, le reste, c’était à propos de chevaux et de vin ! C’était l’un de ceux qui dégageaient une ambiance. »