Bruno Fernandes

Exclusif: Bruno répond à vos questions

Le nouvel arrivant Bruno Fernandes n'est pas seulement un brillant footballeur, mais aussi un brillant orateur. En début de semaine, il s'est entretenu avec Mark Sullivan du MUTV pour répondre à une série de questions de fans. Voici la première partie - c'est une excellente lecture !

Bonjour et bienvenue à notre magnifico portugais, Bruno Fernandes ! Bruno, comment se passe isolé le confinement avec la famille ?
 
“Je vais bien. Tu sais, quand tu as ta famille près de toi, c'est plus facile. C'est difficile avec le petit bébé parce qu'il a besoin de dépenser l'énergie qu'il a - et il a beaucoup d'énergie ! Mais moi, ma femme et mon enfant avons des manières différentes, de faire des jeux et de passer notre temps ensemble.”
 
C'est bien de pouvoir passer du temps en famille. Est-ce qu'ils t'aident à rester motivé et vous aident à rester sain d'esprit ?
 
“Oui, ils aident beaucoup parce que c'est plus facile quand vous avez quelqu'un avec vous pendant la journée. Si vous restez seul à la maison, cela peut être plus difficile parce que vous ne pouvez pas sortir, vous ne pouvez rien faire. Tu dois juste parler avec les murs, rien de plus. Je pense que lorsque tu as de la famille proche, tu peux passer du temps. Souvent, nous n'avons pas le temps d'être à la maison parce que nous sommes dehors pour les matchs et tout. C'est difficile de rester à la maison tout le temps parce que ce n'est pas normal mais il faut profiter de ce temps parce que vous ne savez pas combien de temps nous allons rester à la maison comme ça, donc vous devez profiter de ces moments. J'espère que bientôt nous retournerons à la vie normale et que nous recommencerons à jouer.”
 
Une chose que l'on remarque tout de suite chez toi Bruno, c'est ta barbe, la barbe pousse. Diogo Dalot répondait l'autre jour à un de tes tweet en disant : “Nous avons trouvé le nouvel acteur de Narcos...”
 
“Non, non, nous avons trouvé le nouveau Juan Sebastian Veron ! Mais les cheveux, les cheveux doivent rester.”
 
Tu ne vas pas suivre Paul Pogba, Andreas Pereira et tout le monde qui se rase la tête ?
 
“Non, non. Je suis fou, mais pas autant !”
 
“Je pense que votre femme sera heureuse ! Bon, Bruno, nous avons des questions de fans auxquelles tu dois répondre, alors on va y répondre.”

Bruno répond à vos questionsVidéo

QUESTIONS DES FANS
 
Le premier est de Thomas Routledge, ici au Royaume-Uni : comment tu profites de la vie à Manchester, sachant que tu ne peux pas quitter ta maison pour le moment ?
 
“Au début, c'était facile parce que le personnel de Manchester United m'a beaucoup aidé à trouver une maison. Donc ma famille... je pense... je suis resté seul pendant une semaine à Manchester. Le premier mois, j'ai eu le temps de sortir, de dîner dehors - pas beaucoup parce que nous avions beaucoup de matchs. Mais je vais bien. De plus, si j'ai besoin de rester à la maison, normalement je suis une personne très casanière. Je ne sors pas beaucoup pour déjeuner ou dîner, peut-être parfois parce que ma famille a besoin de sortir et de mieux connaître la ville et tout le reste. Mais normalement, c'est ma façon de vivre. Je reste à la maison, je me repose, je joue avec le bébé et je fais un peu de sport. Il est évident que maintenant c'est difficile parce qu'on ne peut pas s'entraîner. Quand on s'entraîne, on dépense beaucoup d'énergie et normalement, quand je rentre à la maison, je mange et je dors. L'après-midi, j'ai besoin de tout le temps pour dormir pendant une heure, une heure et demie, pour être bien dans mon corps. Alors maintenant, je pense que la seule chose qui me manque, ce sont mes coéquipiers, l'atmosphère autour du stade, les matchs, la pression - parce que j'aime la pression. Pour moi, c'est difficile de ne pas être à Old Trafford, à jouer pour nos fans.”

La deuxième question est de Zakiya B, également du Royaume-Uni. Quelle a été ta réaction lorsqu'on t'a dit que Manchester United voulait te signer ?
 
“Je l'ai déjà dit plusieurs fois, mais c'était un rêve devenu réalité. Pour moi, depuis que je suis enfant, c'était un rêve de jouer pour Manchester United. J'ai déjà dit à tout le monde dans l'interview que Manchester United était et est toujours l'un des plus grands clubs du monde. Quand on regarde le passé, on regarde les joueurs qui jouent pour Manchester United et on voit les plus grandes stars du monde. Vous voyez les meilleurs joueurs du monde. Vous avez des légendes partout et aussi, nous avons beaucoup parlé et je vous ai parlé de Cristiano. J'ai regardé Manchester avec plus d'intérêt quand Cristiano était ici parce que c'est normal quand vous avez des joueurs portugais dans certaines équipes, vous les regardez plus que d'autres. Mais à ce moment-là, j'ai commencé à regarder Manchester d'une manière différente parce qu'on voit Cristiano, mais on voit aussi l'équipe et on a Paul Scholes, Rooney, Giggs et Roy Keane, Cantona avant. Vous avez beaucoup de joueurs... Je ne sais pas... van Nistelrooy... Je peux rester ici pendant des heures à dire tous les noms des joueurs de Manchester United. Et aussi Nani, qui a joué avec moi. Vous avez de grandes stars qui jouent ici. Manchester United était si facile parce que depuis que je suis enfant, c'était un rêve, donc pour moi, faire ce pas, un grand pas vers la Premier League à Manchester United était parfait.”

Le prochain est celui de Yasoob au Royaume-Uni. Pendant cette période difficile, comment tu restes en forme et en bonne santé, et comment tu t'occupes de ta famille à la maison ?
 
“Nous avons reçu un programme de United. Nous essayons de faire tout ce que nous pouvons à la maison. C'est difficile mais la plupart d'entre nous ont toutes les conditions pour s'entraîner. Ce n'est pas comme sur le terrain d'entraînement, avec les gars et le ballon et tout le reste. Mais nous nous entraînons une ou deux fois par jour, cela dépend du jour. Nous avons aussi des jours de libre, ou aujourd'hui nous en faisons moins que les autres jours. Pour nous, c'est vraiment important d'avoir des contacts avec tout le personnel et de continuer à s'entraîner.”

Wayne Robertson, également originaire du Royaume-Uni : Depuis que tu as signé pour United, ta vision du club a-t-elle changé ?
 
“Je suis dans l'un des plus grands clubs du monde, mais on s'en rend compte quand on arrive. Tout m'a surpris. Tu t'attends à beaucoup de choses quand tu viens dans un club comme Manchester United, mais quand tu arrives et que tu vois tout ce que tu vois, les attentes sont faibles. Mes attentes étaient faibles. Tout est nouveau, c'est merveilleux. Old Trafford, vous savez que c'est Old Trafford, c'est l'un des meilleurs stades du monde, avec l'ambiance. Juste quand vous faites votre premier pas sur le terrain et que vous voyez l'ambiance, vous commencez le jeu, vous touchez la balle, vous marquez, vous faites une passe, vous entendez tous les fans. Ce moment est différent. Aucune attente ne peut expliquer quand vous êtes sur le terrain et que vous ressentez tout.”
 
Et maintenant, vous avez aussi votre propre chanson ?
 
“Oui. Je m'attendais à ça, peut-être un peu plus vite en arrivant à Manchester ! [rires]”

.
Bruno est devenu un grand admirateur de United après avoir vu ses compatriotes Ronaldo et Nani porter la tunique rouge.

À Anusha, qui dit : “Quelles pensées te sont passées par la tête lorsque tu as signé ton contrat ?
 
”Pas beaucoup de choses. Quand vous savez que Manchester United est un rêve pour vous, vous ne pensez pas beaucoup. Vous signez juste et vous continuez. Vous êtes heureux, parce que vous avez la possibilité de choisir Manchester et aussi quand vous avez une opportunité, vous devez la saisir à deux mains. Essayez d'aller aussi vite que vous le pouvez, juste pour être à Manchester le lendemain ou à la même heure, pour commencer votre rêve de jouer et tout le reste.

Un truc génial, sur le prochain. Tout cela vient des États-Unis. Daisy demande : ”Quels joueurs ou personnes t'ont le plus aidés depuis ton arrivée à United ?
 
”Diogo, bien sûr, a été l'un des acteurs les plus importants de cette période, parce qu'il m'a beaucoup aidé. Il parle portugais, mais il m'a aussi proposé de rester chez lui, pour que je ne reste pas seul à l'hôtel, donc lui, sa mère et sa famille m'ont beaucoup aidé, parce qu'on peut rester dans une maison avec des gens, avec des Portugais, pour moi c'est plus facile. Sa mère m'a préparé le dîner. Les choses les plus difficiles sont faciles au début parce que Diogo et sa mère m'ont beaucoup aidé, donc je pense que Diogo était l'un des acteurs les plus importants au début, mais tous les gens ont beaucoup aidé. Alex, du service des joueurs, m'a beaucoup aidé avec la maison, avec tout, avec le comptable, avec le compte en banque. Je trouve que Manchester a été incroyable, parce qu'il y avait tout le monde pour aider et me permettre de me concentrer sur les matchs et les entraînements. Les Espagnols, parce que la langue est facile à parler, ainsi que les autres, tout le monde m'a demandé si j'avais besoin de quelque chose, si j'avais besoin de ceci ou de cela, de petites choses, mais tout le monde peut vous aider. Je pense que le début a été facile parce que tout le monde voulait m'aider. Si vous en parlez, tous les joueurs m'ont aidé. J'ai joué mon premier match et je me sentais comme si j'étais là dès le début de la saison, parce que tout le monde m'a traité comme si j'étais l'un des leurs. Je suis arrivé il y a deux jours, je me suis entraîné une fois et je vais directement au match et je sens le soutien de mes coéquipiers. Je ressens le soutien de mes coéquipiers au Sporting. J'ai joué pendant trois ans au Sporting et je viens d'arriver et je sens qu'ils ont confiance en moi, ils me passent le ballon. Pour moi, c'est le plus important, quand je suis sur le terrain et qu'ils vous donnent le ballon et qu'ils savent que vous avez de la pression, ils ont confiance en vous et ils vous donnent le ballon. Pour moi, c'est le plus important. Parfois, en dehors du terrain, il est normal que vous parliez plus avec un joueur qu'avec un autre. C'est normal, parce que c'est votre façon de vivre. J'ai une façon de vivre différente de certains. Je parle avec lui de la même manière. Il n'y a pas de problèmes entre nous, mais c'est normal que je parle plus avec Diogo, parce que Diogo est portugais, la langue est plus facile et je connais Diogo depuis longtemps, donc c'est une situation normale, mais sur le terrain, c'est là que vous voyez si vos coéquipiers ont confiance en vous ou pas. Pour moi, c'est le plus important. Quand vous vous entraînez et quand vous êtes sur le terrain, c'est là que vous devez montrer à quel point votre coéquipier est important pour vous. En dehors du terrain, vous pouvez aussi aider et c'était vraiment important pour moi. Si je voulais du shampoing, si je voulais quelque chose, des petites choses, par exemple, je suis arrivé et j'ai parlé avec un gars que je connais de la PlayStation et j'ai donné des manettes à Aaron Wan-Bissaka, j'en ai donné un à Diogo, aussi David, Fred et je parle avec les autres joueurs. Si quelqu'un en veut une, il suffit de me le dire et je peux vous en donner une, ainsi de Manchester United, par exemple, David en a pris une pour Dragon Ball Z, parce qu'il est fan et c'est le genre de choses, quand vous arrivez, vous voulez avoir ce sentiment que vous pouvez faire confiance, si vous avez besoin de quelque chose je vous aiderai, si j'ai besoin de quelque chose je sais que vous m'aiderez.

Vidéo
.
Le meilleur de Bruno en Mars.

C'est fascinant à entendre, c'est absolument superbe. Margaret Bosworth, du Royaume-Uni : “Quelle est la dernière chose qui t'a convaincu de dire ”oui“ à Manchester United ?”
 
“Il y a eu beaucoup de choses. Comme je l'ai déjà dit, depuis le début, je voulais rejoindre Manchester United. Pour moi, le plus important était évidemment la confiance de l'entraîneur. J'ai besoin de savoir que je suis soutenu par l'entraîneur, parce que parfois, quand on change de club, l'entraîneur peut ne pas être d'accord. Ce n'est pas comme si j'avais besoin de venir parce que l'entraîneur veut que je joue, non, pas comme ça, mais je veux sentir la confiance de l'entraîneur. Vous venez, vous êtes un choix pour moi et vous venez. J'ai besoin de toi, je te veux, ce n'est pas comme si tu venais et que je te demandais mais je vais jouer ? Non, pour moi, ce n'est pas la question. Pour moi, la question est la confiance qu'il a en moi. S'il a confiance en moi, alors le reste fonctionne. Je dois travailler pour gagner ma place, pour jouer, pour continuer à jouer et à jouer encore et encore. Pour moi, c'est le plus important. Je ressens donc la confiance du club et je ressens aussi la confiance de l'entraîneur, Ole, et aussi si le choix ne vient pas de l'entraîneur, je viens. Je viens et je montrerai à l'entraîneur que je peux jouer, que je peux être un choix pour lui, parce que parfois il faut se mettre en avant, être meilleur et donner plus, alors peut-être que si je viens et que je ne suis pas le choix de l'entraîneur, je saurai que je ne dois pas donner 100 %, mais 200 %, parce que l'entraîneur a besoin de voir, il a besoin de me voir, il a besoin de comprendre que j'ai besoin de jouer, je veux jouer plus que les autres. Dans votre esprit, vous voulez jouer plus que les autres, mais les autres pensent de la même façon. Je veux jouer plus que Bruno et je dirai que je veux jouer plus que toi. C'est la confiance qu'il faut avoir pour continuer à s'améliorer, pour continuer à s'entraîner davantage et les batailles saines dont vous avez besoin dans l'équipe. Vous êtes en compétition avec quelqu'un, celui-ci, celui-là et celui-là. Vous devez donner plus que lui et il pensera de la même façon que moi et alors, si vous pensez de la même façon, vous pouvez être bien meilleur. Moi et lui. Peu importe qui joue, vous vous entraînerez mieux, je m'entraînerai mieux et l'équipe sera meilleure. ”

Ettiene d'Afrique du Sud : “Bruno, quel est ton secret pour être aussi performant dans les matchs ?
 
”Je ne pense pas avoir de secret, mais je m'entraîne comme mes coéquipiers. J'essaie de faire de l'exercice en dehors du terrain, dans le gymnase, avec Charlie [Owen, entraîneur de fitness] et tout le personnel, Ed [Leng, scientifique du sport en chef] aussi. La plupart du temps, je le fais avec Charlie. Quand je suis arrivé, il m'a demandé ce que je faisais pour la prévention et tout ce qui concerne le Sporting, il parle avec les gars du Sporting et tout le reste. Je fais donc des choses en salle, j'aime bien finir à la fin de l'entraînement, faire des tirs, des coups francs, des pénaltys, un peu de tout, parce que je pense que dans ce genre de situation, on peut être meilleur si on s'entraîne tous les jours sur ce point, parce que si on tire une balle et que la balle va bien, c'est bon, mais en match, parfois on a plus d'une balle et pour être meilleur, il faut répéter pour 10, 20, 15. Il faut répéter et répéter et répéter et répéter, parce que tu manqueras peut-être 20 fois le but, mais tu vois quelle erreurs tu as faite, ce que tu dois améliorer et je pense que quand tu t'entraînes et quand tu t'entraînes sur ce que tu penses devoir améliorer, ce n'est pas comme si j'avais besoin d'être meilleur pour tirer, non, mais peut-être que si j'arrête de tirer ou de m'entraîner sur les tirs, lentement, après plusieurs jours, je serai le pire et si je m'entraîne tous les jours, je serai de mieux en mieux. Peu importe que je m'entraîne pendant une semaine et que je marque tous les buts à l'entraînement, et que j'aille sur le terrain le dimanche et que je ne marque pas. Je tire 20 fois par jour, je dois en tirer 40 maintenant, 40 fois par jour et peut-être que je commence avec ça et je vais au match et j'ai peut-être une occasion et je marque et, la semaine dernière, j'ai eu cinq occasions et dans ces cinq chances j'ai marqué zéro but.
 
Alors une leçon pour les jeunes qui nous regardent : continuez à vous entraîner. Répétition. Pratiquer, pratiquer, pratiquer.
 
C'est important. Ce n'est pas important si vous manquez beaucoup de choses, parce que quand vous manquez, vous savez ce que vous avez manqué et vous devez le corriger. Continuez et améliorez-vous, améliorez-vous. Si vous voulez prendre la barre transversale tous les jours 10 fois, essayez et essayez. Si vous ne la frappez pas une fois, cela n'a pas d'importance, continuez à essayer, continuez à essayer. C'est le plus important.

Recommandé: