Carrick

Le conseil qu'a donné Sir Alex à Carrick

jeudi 25 novembre 2021 18:37

Michael Carrick, manager intérimaire de Manchester United, s'était assis pour une session de questions-réponses avec Inside United en 2018, au début de sa carrière d'entraîneur.

En 2018, Carrick décide d'arrêter sa carrière et se lance alors dans une quête pour obtenir ses diplômes d'entraîneur.

Il fait d'abord partie du staff de José Mourinho, avant d'aider Ole Gunnar Solskjaer pendant ses trois ans de mandat.

Et, mardi, Carrick a eu la chance de diriger son premier match en tant qu'entraîneur... Lors de ladite rencontre, les Reds finissent par s'imposer contre Villarreal en Espagne et remplissent leur objectif de qualification pour les phases finales de la Ligue des Champions.

En 2018, Carras nous transmettait ses volontés de participer au travail tactique mancunien au cours de cette interview, disponible en intégralité, ci-dessous...

Vous souvenez-vous de la première chose que Sir Alex Ferguson vous a dite durant l'été 2006, lorsque United a déclaré son intérêt pour vous ? Comment envisageait-il votre rôle au sein de l'équipe ?

"Nous n'avons pas vraiment parlé de cela, pour être honnête. Il n'a pas eu besoin de vendre le club de quelque manière que ce soit ; il n'a pas eu besoin de me le vendre en termes d'endroit où je jouais ou quoi que ce soit. Dès que j'ai su qu'ils étaient intéressés, c'était une évidence : j'allais venir de toute façon. Mais la première fois que je l'ai rencontré, quand je suis entré dans son bureau et que j'ai eu cette conversation en tête-à-tête, c'était assez éprouvant pour les nerfs. C'était plus une introduction. Il a juste dit : "Tu vas te plaire ici. Tu vas adorer jouer pour ce club. C'est un grand club et tu vas jouer avec de grands joueurs. J'espère que tu travailleras dur et que tu t'amélioreras. Tu devras être à la hauteur des normes que nous avons établies au fil des ans."

Quel souvenir gardez-vous de votre premier jour d'entraînement avec vos coéquipiers ?

"C'était intimidant ! J'avais 25 ans à l'époque, j'étais bien établi - j'avais joué pour l'Angleterre - mais entrer dans ce vestiaire de United était intimidant. Il y avait de grands personnages et des joueurs de classe mondiale. Vous devez vous intégrer dans le vestiaire, y trouver votre place et créer des relations, mais vous devez aussi gagner la confiance des gars sur le terrain, en vous entraînant et en jouant. C'est une partie importante de l'intégration dans l'équipe. Et devoir le faire avec les joueurs avec lesquels j'entrais dans l'équipe était intimidant. Mais, en même temps, c'était un grand défi et quelque chose qui me passionnait vraiment."

La campagne de championnat était incroyablement serrée cette première année, en 2006/07. Comment United a-t-il réussi à trouver une vitesse supplémentaire pourfinir par s'imposer devant Chelsea ?

"Je pense qu'il y avait un peu de tout. Il y avait une énorme confiance mutuelle et individuelle, et l'esprit au sein du groupe était incroyable. La croyance et la confiance en chacun étaient là, et évidemment il y avait beaucoup de qualité aussi. Il y avait toujours quelqu'un pour sortir du lot quand nous en avions besoin. Nous avons toujours eu des joueurs capables de créer des occasions et de marquer des buts pour nous, ce qui était une chose énorme à avoir."

Vous avez mentionné que vous avez dû vous habituer à l'intensité de l'entraînement et gagner la confiance de vos coéquipiers au cours de vos premiers mois. Y a-t-il un match ou un moment où vous vous êtes dit : c'est ici que se trouve ma place ?

"Pas vraiment, non, je pense que ça s'est fait au fil du temps. Le point culminant de cette première saison pour moi a probablement été le match contre la Roma - la victoire 7-1 à domicile. Mais il y a eu une montée en puissance et une amélioration au fur et à mesure que le temps passait, je me sentais de plus en plus à l'aise. Je ne peux pas vraiment dire qu'il y a eu un moment qui m'a marqué. J'étais simplement très heureux d'être ici et de jouer avec une équipe aussi bonne que la nôtre. Tottenham, d'où je venais, avait une bonne équipe, mais c'était un tel saut pour jouer avec l'équipe."

Cristiano Ronaldo a remporté le Ballon d'Or en 2008, mais notre succès cette saison-là est dû à l'ensemble du groupe, n'est-ce pas ?

"Je pense que c'était un effort collectif. C'est ça qui est beau. Je pense que si vous voulez gagner le championnat et la Ligue des champions la même année, il faut le faire. Nous avions l'impression d'avoir laissé s'échapper la FA Cup, alors que nous avions une bonne occasion de la remporter, ce qui nous gêne encore un peu aujourd'hui. Mais, pour réussir partout, on ne peut pas compter sur un, deux ou trois joueurs ; toute l'équipe doit jouer son rôle. Je ne peux pas vraiment faire d'éloges sur quelqu'un en particulier. Gagner la confiance des joueurs est l'une des premières choses que vous essayez de faire quand vous arrivez au club. Le fait qu'ils vous aient élu joueur de l'année était donc très spécial."

La campagne 2012/13 est largement considérée comme votre meilleure sous le maillot de United. Vous avez été élu joueur de l'année par les joueurs, ce qui n'est pas rien puisque Robin van Persie a marqué 30 buts cette saison-là. Qu'est-ce qui a fait de cette saison un tel succès pour vous ?

"Sur le plan de la forme, je pense que j'avais déjà pas mal d'expérience à ce moment-là, à l'âge que j'avais. Physiquement, j'étais au sommet de ma forme. Je pouvais encore faire tout ce que je voulais mais, avec l'expérience, tout s'est mis en place. Je me sentais à mon meilleur niveau et je jouais mon meilleur football. J'ai pris du plaisir, je me sentais à l'aise, j'avais confiance en moi et, quand vous êtes comme ça, tout devient un peu plus facile. Pour ce qui est de remporter le prix, le fait d'avoir reçu ce prix de la part de mes collègues joueurs est l'une de mes récompenses les plus spéciales, qui me tient vraiment à cœur."

Quelle recrue vous a le plus impressionné lorsque vous l'avez vue s'entraîner pour la première fois ?

"Mon Dieu, c'est une question difficile, celle-là ! [Rires] Très difficile. Robin van Persie est sorti du lot. C'était un joueur de Premier League reconnu et établi à l'époque. Nous avons eu d'autres joueurs qui sont arrivés plus jeunes, qui se sont développés et sont devenus de très bons joueurs, mais Robin était un joueur prêt à entrer directement dans l'équipe. Il a tout de suite été à l'aise, c'est peut-être lui qui est le plus remarquable."

Qu'avez-vous appris de Sir Alex et son influence a-t-elle été aussi forte sur votre caractère en tant qu'homme ?

"Oui, j'ai un peu changé en venant à United. Sir Alex était au sommet de l'arbre, c'est lui qui a tout déclenché, mais j'ai tout autant appris du vestiaire, pour être honnête, des joueurs du vestiaire qui avaient l'expérience de la victoire et de la façon dont ils s'y prenaient. Je les ai observés tout autant, mais, évidemment, c'est le manager qui m'a transmis cette expérience au fil des années, donc, en fin de compte, c'est lui qui m'a tout appris. Mais il est certain que les joueurs vétérans ont eu une influence considérable sur moi, probablement sans que je le sache vraiment à l'époque."

Que faut-il pour devenir un bon joueur de Manchester United ?

"Il y a beaucoup de choses différentes. La plus grande chose, je pense, est d'être assez fort mentalement pour faire face aux pressions et aux attentes ici. Il y a beaucoup de joueurs qui peuvent avoir un certain niveau de talent, de capacité technique ou de potentiel, mais la différence est de vivre avec et d'être capable de performer sous pression et au niveau que l'on attend de vous, et ce semaine après semaine. Il s'agit de le faire sur une certaine période et de manière constante, et de maintenir ce niveau de performance. Je pense que c'est ce qu'il y a de plus difficile à faire dans ce club. Le niveau de contrôle est parfois hors norme ! D'une semaine à l'autre, vous pouvez être le meilleur joueur du monde, puis le pire joueur du monde ! Donc c'est quelque chose que vous devez gérer."

Quel est le meilleur conseil qu'un collègue de United vous ait donné ?

"Cela semble être un conseil très simple mais Sir Alex avait l'habitude de le dire assez souvent - enfin, avant presque chaque match : 'N'ayez pas peur de travailler dur et de vous exprimer.' C'est quelque chose que vous pouvez appliquer dans n'importe quel domaine de la vie mais c'est quelque chose de juste, qui fonctionne et que nous avons toujours pris en compte. C'est la chose la plus simple dans la vie : travailler dur. Rien ne vous empêche de travailler dur, que vous soyez bon ou pas. Vous pouvez toujours travailler dur, en profiter et vous exprimer en le faisant. Si vous faites cela, alors j'espère que vous visez le succès."

Vous avez succédé au capitaine Wayne Rooney, avec qui vous avez joué pendant si longtemps et partagé beaucoup de bons souvenirs. Quel regard portez-vous sur le temps que vous avez passé ensemble ?

"Nous avons vécu de grands moments. Je connais Wazza depuis longtemps maintenant et je suis toujours très ami avec lui. Nous avons vécu des moments incroyables. Tous mes meilleurs souvenirs sont à ses côtés. Nous avons traversé des moments incroyables et nous avons réalisé pas mal de choses ensemble. C'est toujours spécial d'avoir ce genre de lien avec quelqu'un, cette relation où l'on se salue d'un signe de tête comme si on disait : 'On a traversé ça ensemble.' Ce qui est bien."

Quand vous regardez votre carrière, où se situe le moment où vous êtes devenu capitaine de Manchester United et quel a été le moment le plus marquant de cette période en tant que capitaine ?

"C'est spécial d'être capitaine de ce club. Je suis arrivé à l'époque où Gary Neville était capitaine et il était un capitaine incroyable dans sa façon d'aborder les choses ici. J'ai joué sous Rio Ferdinand, sous Nemanja Vidic, Ryan Giggs et Patrice Evra, puis Wayne Rooney. C'était un peu différent pour moi parce que je suis un peu plus âgé et que je suis arrivé à la fin, donc c'était un peu plus qu'une responsabilité, j'étais peut-être un peu plus dans les conseils et le contrôle. C'est une responsabilité que j'ai eu l'honneur d'assumer et que je n'ai pas du tout prise pour acquise. Même si ce n'était que pour cette saison, c'est un moment que j'ai apprécié et je suis très reconnaissant d'avoir eu cette chance."

"Le soutien qu'on a reçu est incroyable" article

Michael Carrick a rendu hommage à nos fans, en Espagne, où son chant familier a retenti à la fin du match.

Comment résumez-vous les fans de United et le rôle particulier qu'ils jouent pour rendre le club unique ? Y a-t-il un moment d'interaction avec les fans que vous avez vécu en dehors du jeu et qui vous a marqué ?

"Les fans nous étonnent toujours et je peux parler au nom de tous les garçons quand je dis cela. Old Trafford est magique les grands soirs, quand l'atmosphère et la tension sont là, et l'attente aussi. C'est magique. Mais la plupart du temps, ce qui ressort pour moi, c'est le soutien à l'extérieur. Où que nous allions, c'était incroyable. Nous avons eu de bonnes et de mauvaises soirées à l'extérieur, mais les supporters ont toujours été avec nous. Pour moi, c'est la fierté qu'ils éprouvent à soutenir les gars. Parfois, il est facile de se décourager et d'être déçu, et il y a eu des moments au cours des années où ils étaient assez en colère contre nous. Mais ils sont fiers d'être avec nous et de nous montrer leur soutien loyal, ce qui est quelque chose de très spécial."

Enfin, pour ce qui est de l'avenir, que pensez-vous apporter au coaching et qu'attendez-vous le plus ?

"Je suis très enthousiaste. C'est nouveau. On peut dire que passer de joueur à entraîneur va de pair, mais en fait, plus on y réfléchit, plus c'est une approche totalement différente de celle d'un joueur. J'ai beaucoup apprécié de passer mes diplômes au cours des trois ou quatre dernières années et j'ai beaucoup aimé travailler avec l'Académie pour les moins de 14 ans et les moins de 15 ans. C'est totalement différent de coacher l'équipe première, les informations que l'on donne et la façon dont on est avec eux. C'est vraiment intéressant, et j'ai hâte d'essayer de développer cela et de voir à quel point je peux être bon."