Ole Gunnar Solskjaer.

Solskjaer : "C'était une rivalité intense !"

Ole Gunnar Solskjaer s'attend à une bataille difficile et physique lorsque Manchester United recevra son vieux rival Leeds United dimanche, malgré l'absence de supporters.

L'annonce faite jeudi que le Grand Manchester resterait dans le troisième tiers signifie qu'Old Trafford restera vide pour l'instant, ce que le Norvégien considère comme une grande déception, ayant pu vivre des atmosphères impressionnantes à domicile comme à l'extérieur dans cette confrontation unique en tant que joueur.
 
Ole a marqué quatre buts contre les Whites au cours de sa carrière. Il se souvient de ces buts et loue le travail accompli par le patron de Leeds, Marcelo Bielsa, dans notre interview d'avant-match...
 
Vous avez l'expérience de la rivalité depuis que vous jouez. Comment était-ce ?
“C'était une bonne rivalité, c'était une rivalité féroce. Bien sûr, ils volaient haut, ils avaient une très bonne équipe et ils ont bien joué en Ligue des Champions, donc les matchs étaient de haut niveau, de bonne qualité et nous savions que c'était des matchs importants pour que nous puissions gagner la compétition. Ils avaient aussi de très bons joueurs, comme Harry Kewell et Mark Viduka. Il y avait une bonne dynamique, et une autre moins bonne : en dehors du stade. Mais c'est ça, être fan de football, c'est aider son équipe.”
Je me souviens être allé à Elland Road en tant que commentateur et avoir trouvé l'ambiance incroyablement hostile, encore plus qu'Anfield. Est-ce aussi hostile qu'il y paraît ?
“Oui, ça l'est. Bien sûr, Sir Alex Ferguson nous a raconté quelques histoires sur différentes choses qui se sont passées dans le tunnel, avant ou après les matchs. On s'y habitue en tant que joueur. Vous vous concentrez tellement sur votre travail que vous enlevez tout le bruit de votre tête et vous vous concentrez sur ce qui se passe sur le terrain.”
 
Vos meilleurs souvenirs personnels ? Deux victoires 4-3 lors de la saison 2001/02, un match dramatique...
“C'était un bon match pour moi. Je me souviens de ces deux buts avec nostalgie. Je crois que je suis entré et nous étions menés 1-0. J'ai dépassé Ian Harte au second poteau et j'ai repris de la tête vers le côté opposé. C'était un bon moment pour moi aussi.”
Roses
Les étincelles fusent souvent lorsque ces deux camps se rencontrent, mais c'est United qui détient le dessus avec le plus de victoires, aidé en grande partie par notre domination nationale des années 90.
Nous avions espéré avoir quelques fans dans le stade ce week-end - malheureusement, ce ne sera pas le cas. C'est un match où les supporters font la différence, n'est-ce pas ?
“Certainement, mais ce n'est pas ce qui semblait prévu. Nous devons juste nous y mettre à fond sur le terrain et nous assurer que nos fans sont heureux avec nous après le match.”
 
Vous êtes face à Marcelo Bielsa, qui est un personnage unique. Que pensez-vous de ce qu'il fait et de ce qu'il produit ?
“Oui, bien sûr, il a fait du bon travail avec Leeds et avec beaucoup d'autres équipes aussi. Je pense qu'il était responsable de l'équipe de Bilbao que nous avons affrontée il y a quelques années. Vous voyez qu'il y a tellement de choses qui se passent et que l'analyse de ces matchs demande un peu de concentration et de temps. Vous pouvez voir qu'e c'est un entraîneur qui fait dans le détails et qu'il fait courir ses équipes. C'est la meilleure équipe de course et de sprint du championnat, probablement l'équipe la plus en forme, c'est donc l'une des batailles auxquelles nous devons faire face. Ce sera un match physique.”

On dirait qu'ils sont les grands divertisseurs de cette saison. Il n'y a pas un 0-0 écrit à l'avance, n'est-ce pas ?
“Ils ont eu de nombreux matchs avec plus de 25 tirs et ils se créent des occasions. Ils vont de l'avant, c'est une bonne équipe à regarder et comme vous l'avez dit, les matchs sont divertissants. Mais pour nous, il s'agit de trois points et de faire face aux problèmes qu'ils nous causent. Vous devez résoudre ces problèmes et leur donner des problèmes à eux aussi.”