click to go to homepage
Ole Gunnar Solskjaer avant le match contre Burnley.

Pourquoi nous n'oublierons jamais Munich

Aujourd'hui (mercredi) marque le 61e anniversaire du jour le plus sombre dans l'histoire de Manchester United.

Le 6 février 1958, 23 personnes, dont huit joueurs et trois membres du staff, succombèrent des suites de leurs blessures au cours de la catastrophe aérienne de Munich, au retour d'un match de Coupe d'Europe face à l'Étoile Rouge de Belgrade.

Les supporters leur ont rendu hommage avant le match de United contre Burnley, le 29 janvier, rencontre à domicile la plus proche de la date anniversaire, mais un autre rassemblement est prévu en cet après-midi de mercredi sous la plaque commémorative de Munich à Old Trafford, à partir de 15:40.

Au moment de penser à ceux qui ont perdu la vie à Munich, nous partageons ci-dessous les pensées du manager intérimaire Ole Gunnar Solskjaer, de la légende du club Paddy Crerand et du milieu Scott McTominay.

OLE GUNNAR SOLSKJAER

“C'est primordial à mes yeux car il s'agit d'un pan important de notre histoire. Ce jour restera à jamais gravé dans nos mémoires et notre histoire.”

“Cela remonte à de nombreuses années et les supporters qui nous rejoignent aujourd'hui doivent connaître ce pan de l'histoire du club.”

“Mon père avait 14 ans à l'époque et il m'en reparle en Norvège, il se souvient qu'il avait appris cette information à la télé, en noir et blanc.”

“C'est un jour triste de notre histoire, un jour que nous n'oublierons jamais.”

PADDY CRERAND

“Aucun fan de Manchester United n'oubliera jamais cette date. Ni aucun Britannique fan de football dans ma tranche d'âge, d'ailleurs.”

“Les Busby Babes composaient une équipe que tout le monde aimait et connaissait. À cette époque, j'étais un gamin du Celtic, mais tout le monde en a parlé. Pas seulement parce que c'étaient de bons joueurs, mais surtout parce qu'ils étaient très jeunes. C'est ce qui m'a marqué.”

“C'étaient des gamins de 18 ou 19 ans qui évoluaient dans une grande équipe comme United alors que, à l'époque, il fallait attendre d'avoir 23 ou 24 ans pour jouer en équipe première.”

“Cette équipe de jeunes dégageait quelque chose. J'ai grandi à Glasgow, où les deux plus gros clubs sont évidemment le Celtic et les Rangers, mais tout le monde connaissait United et parlait des Busby Babes.”

Paddy Crerand avec Bobby Charlton.
Paddy (à dr. de Bobby Charlton) a signé pour United cinq ans après le crash de Munich.

“Malheureusement, les matches étaient rarement retransmis à la TV et, de toute façon, les gens de la classe ouvrière avaient rarement les moyens d'acheter une TV à l'époque, donc il était compliqué de les voir jouer.”

“La majorité des supporters, moi y compris, écoutait les matches à la radio, comme ce match de Coupe d'Europe contre l'Étoile Rouge. Mais [les Busby Babes] étaient l'équipe que tout le monde voulait voir.”

“J'ai eu la chance de les voir en vrai à quelques reprises, mais seulement lors de matches amicaux. Le joueur qui sortait du lot, c'était Duncan Edwards.”

“Il est important qu'on se souvienne tous de ce qui est arrivé à Munich. Le jour en lui-même, le 6 février, correspond à la date de ma signature à United cinq ans plus tard, en 1963. Si ce crash n'avait pas eu lieu, je ne pense pas que j'aurais eu la moindre chance de [jouer à] Manchester United. J'en suis même certain.”

SCOTT MCTOMINAY

“L'année dernière, c'était la première [célébration du crash de Munich à Old Trafford] pour moi et tout le monde était bien habillé. C'est un événement auquel on a envie de participer pour rendre hommage à ceux qui ont péri dans la catastrophe aérienne de Munich.”

“Quand on passe par l'Académie, comme moi, c'est forcément quelque chose qui nous tient à coeur, comme à l'ensemble du club.”

Scott McTominay lors de la cérémonie des 60 ans.
McTominay était présent pour la cérémonie des 60 ans à Old Trafford, l'an dernier.

“C'était une tragédie absolue, qui a affecté des millions de gens dans le monde entier, des supporters aux membres des familles. C'était un moment extrêmement triste mais, heureusement, le club a su se relever et j'espère que nous rendons [les victimes] fières.”

“Dès qu'on est en âge de comprendre les faits, il est important de transmettre ce message pour sensibiliser les gens et, évidemment, de participer à cet hommage.”

Pour en savoir plus sur les événements tragiques du 6 février 1958, rendez-vous dans notre section dédiée www.manutd.com/fr/history/munich-remembered.