.

Apprenez l'art du penalty avec Van Persie

Il est toujours fascinant d'entendre les grands du passé de Manchester United révéler les secrets de leur succès.

Dans le dernier épisode du UTD Podcast, que vous pouvez écouter dès à présent sur toutes vos plateformes podcast préférées, Robin van Persie - l'homme dont les buts nous ont permis de remporter le titre de Premier League en 2012-13 - nous fait part de l'état d'esprit qui a fait de lui un finisseur aussi meurtrier, non seulement pour les Reds mais aussi pour Arsenal et les Pays-Bas.

Robin est particulièrement inspirant lorsqu'il nous parle de sa méthode pour tirer des penalties, une méthode qu'il a appliquée avec succès à Old Trafford, en réussissant sept des dix tirs au but possibles, y compris des tirs au but sous haute pression contre son ancien club et Liverpool.

C'est après avoir discuté de son premier échec pour United, contre Southampton, où il allait plus tard marquer un triplé gagnant, que van Persie a abordé le sujet, en nous racontant comment, à cette occasion, il a enfreint sa règle cardinale de la prise de tirs au but.

Comment RVP maîtrisait le penaltyVidéo

“C'était la pire Panenka de tous les temps ! J'ai bloqué, normalement, je les frappais fort et celui-là je ne l'ai pas fait”, se souvient Robin.

“D'une certaine manière, j'ai changé d'avis et c'est la pire chose que l'on puisse faire aquand on tire un penalty. Donc, si jamais vous prenez une penalty, choisissez votre coin. Couvrez-le avant cela - ne soyez pas trop évident - et tenez-vous en à ce coin.”

“Au moment où vous avez changé d'avis, avec moi, ça n'a pas marché. J'ai manqué environ quatre penalties dans ma carrière, j'en ai marqué plus de 20 - tous ces quatre penalties, j'ai changé d'avis.”

“Ne changez pas d'avis, restez sur votre coin.”

Van Persie a ensuite révélé qu'il a changé sa façon de penser autour des coups de pied arrêtés au fur et à mesure de l'évolution de sa carrière.

Le Soulier d'or 2012 et 2013 a appris à ne plus essayer de remettre en question les gardiens de but adverses et, avec un peu plus de travail sur le terrain d'entraînement, il a compris qu'il était maître de la situation.

“À un certain moment, j'ai changé ma façon de penser. Je pensais à ce que le gardien pensait et puis c'est un pari.

C'est comme si 50 % de la balle pouvait entrer ou le gardien la sauve. Au moment où j'ai pris le contrôle, c'était après six ou sept penalties. J'y pensais et je me disais qu'à long terme, ça ne marcherait pas. J'ai donc changé ma façon de penser. J'ai dit : “Je contrôle, c'est moi qui ai le ballon, pas le gardien. Je vais essayer de choisir mon coin. Je vais m'entraîner sur ce coin.”

“Je me suis donc entraîné tous les jours, coin gauche, coin droit. Je n'ai jamais osé tirer au milieu. J'y ai pensé plusieurs fois, mais c'était trop effrayant pour moi. Je me disais que si le gardien l'arrêtait, ça serait dommage. Alors j'ai juste fait en sorte que mes coins gauche et droit soient très forts. Avec de l'entraînement, c'est plus facile, il n'y a pas de pression.”

UTD Podcast: Le transfert de RVPVidéo

Les centaines de penalties pris contre David De Gea, Anders Lindegaard et compagnie à l'Aon Training Complex n'auraient cependant pas pu préparer Robin à l'un de ses tirs au but les plus intellos sous le maillot rouge.

Van Persie a marqué un but à la dernière minute à Anfield lors d'un match très tendu contre Liverpool en 2012, mais seulement après avoir négocié une attente apparemment interminable pour passer à la vitesse supérieure.

“C'était l'un des penalties les plus difficiles que j'ai jamais eu à prendre, parce qu'il y avait penalty et ensuite j'ai dû attendre cinq minutes avant de pouvoir le prendre”, se souvient-il.

“Et puis j'étais concentré, dans ma zone, mais ensuite hors de celle-ci. Entrer, sortir, entrer, sortir, entrer, sortir. La seule chose que je me suis dit, c'est ”mon côté droit, reste concentré“.

J'ai eu de la chance là-bas. Pepe [Reina] est aussi allé dans ce coin, mais c'était un bon rythme et je suis resté fidèle à mon idée. Je pense que la chance vous appartient aussi, si vous vous en tenez à votre plan.

Van Persie a largement partagé la fonction de tireur de penalties avec Wayne Rooney pendant ses trois années au club, bien que cette fonction ait failli être menacée sous le mandat de Louis van Gaal.

Le compatriote de Robin essayait d'augmenter la pression des entraînements aux penalties en faisant monter les enjeux, comme le révèle le jeune homme de 36 ans : “Louis changeait sa règle d'entraînement aux tirs au but avant chaque match. Celui qui a tiré les penalties avant le match les a tirés en premier et si vous les manquez, vous serez alors le cinquième tireur.

 ”
Donc si je rate une fois à l'entraînement, je ne peux plus tirer de penalties ! Non, je ne suis pas d'accord Louis, désolé ! J'ai pris des pénalités pour toi [pour les Pays-Bas], je n'ai jamais manqué et puis tu viens avec cette règle ?

Il a dit qu'il voulait que nous ressentions le stress et la tension du match. J'ai dit que si je manquais un penalty à l'entraînement, c'est un peu dur que je sois le numéro cinq sur la liste.

Après quelques semaines, on a refait ça et je l'ai raté à l'entraînement. Je l'ai regardé et je lui ai dit : “Fais-moi confiance, je vais prendre un penalty si on en prend un demain ! Il m'a dit : ”On verra ça ! On en a eu un, je l'ai pris et j'ai marqué.

Vous pouvez écouter d'autres extraits de Robin dans un épisode spécial du UTD Podcast maintenant.

Nous sommes tous unis ! Derrière les Reds ! En vente dès maintenant, procurez-vous le nouveau kit de formation Adidas.

Recommandé: