Andy Cole v Newcastle.

UTD Podcast: Les retombées de Newcastle sur Cole

Dans le dernier épisode du UTD Podcast, Andy Cole a évoqué les difficultés quand il a quitté Newcastle pour venir à Old Trafford.

Avant de rejoindre United, Cole a passé deux ans chez les Magpies, entre 1993 et 1995.

Bien qu'il qualifie les gens du Nord-Est de charmants, tout n'était pas parfait pour le jeune attaquant pendant son séjour dans le Tyneside. 

“J'ai beaucoup aimé Newcastle. Le seul problème, tout est arrivé trop vite.”

“Je n'aime pas être idolâtrer, c'est fou. Je ne pouvais même pas faire mes courses, on me courait derrière pour des autographes, c'était n'importe quoi.”

"J'apprécie de plus en plus le but de Barcelone."Vidéo

Malgré ses 43 buts en 58 matchs du côté de St James' Park, il est très reconnaissant envers son compère Peter Beardsley.

“Peter est un des meilleurs joueurs que j'ai côtoyé. Aujourd'hui on parle de jouer entre les lignes, d'être dans les bons espaces... Peter faisait déjà ça il y a 20 ans, il avait une intelligence de jeu incroyable.”

“La première fois que j'ai joué avec lui, il m'a dit : ”Coley, ne bouge pas“. J'ai dit que je ne pouvais pas rester immobile, mais il a dit que si je restais immobile, j'aurais de l'espace. A la fin, je suis resté immobile et soudain, j'ai eu tout cet espace. Je me suis dit : ”Ce n'est pas tout à fait correct, quelque chose ne va pas“. Peter a dit : ”Voilà, c'est fait.“ 

Après ses performances impressionnantes avec les Magpies, les rumeurs de transfert ont commencé à s'accumuler. En Angleterre également, la discussion avait déjà commencé. 

“Quand je jouais avec l'Angleterre, Incey me disait toujours ”le boss t'aime bien“ et je lui disais ”aucune chance que Newcastle me vende“. Je ne l'ai jamais pris au sérieux.”

Puis tout a changé. Après une dispute avec le manager de Newcastle, Kevin Keegan, avant un match contre Wimbledon en 1993, la relation entre eux a pris un coup. 

“Kevin et moi avons eu une dispute, il m'a trompé avec la façon dont il a traité Clarky (Lee Clarke) un jour.”

“Puis nous avons perdu un match et j'ai été déçu parce que nous avons perdu, alors quand nous sommes arrivés à l'hôtel, Kevin m'a dit de ”vas-t-en“. Et j'ai dit ”d'accord, pas de problème“, j'ai fait mes valises et je suis parti. La relation n'a jamais été la même.”

Puis arriva Sir Alex Ferguson. En 1995, il appelle Keegan pour vois si Cole est disponible, la suite tout le monde la connaît.

“Je n'ai jamais cherché à quitter Newcastle, j'étais content là-bas. Quand cet épisode s'est produit à l'hôtel, j'ai dit en gros ”non, je ne vais pas te laisser me parler comme ça“. Alors quand je suis parti cinq jours, nous avons eu une réunion, nous avons réglé ça et il m'a donné un nouveau contrat mais je ne pense pas qu'il ait oublié cette situation.”
 
Les fans n'ont pas apprécié le fait que leur machine à buts soit transférée à un rival direct pour le titre de Premier League. 
 
“Cela m'a toujours embêté”, a déclaré Cole à propos de la réaction des fans de Newcastle à son départ. 
 
“Je me souviens qu'il y a quelques années, je suis monté avec Les (Ferdinand) pour faire des interviews. Les gens sont venus et m'ont interpellé et je leur ai dit ”vous pourriez aussi bien rentrer chez vous ou je me lève et je pars. Ça ne me dérange pas“. Auparavant, les gens avaient compris ce qui se passait. Le club a décidé qu'il voulait me vendre.”

Le duo Cole et Yorke aurait pu ne jamais existerVidéo

Cole arrive à United pour £6 million et l'échange de Keith Gillepsie. Un record à l'époque.

À Old Trafford, Coley gagnera cinq titres de Premier League, une Ligue des Champions et une FA Cup. En six ans, il marquera 121 buts, ce qui fera de lui le 17ème meilleur buteur du club.

“Par moment je me disais que je devais prouver mon prix. J'aurais dû faire ce que j'avais toujours fait, me justifier avant tout, et tout allait se mettre en place à partir de là”

“J'y suis allé avec le même état d'esprit que j'avais à Bristol City, quand je suis allé à Newcastle. Quand je suis allé à United, c'était différent, mais je ne comprenais pas à quel point c'était différent. Quand j'ai réalisé à quel point c'était différent, je me suis heurté à un mur de briques.”

Dans ce 51ème épisode, Coley est revenu sur ses premiers moments à Old Trafford.

“Mon premier entraînement à Old Trafford, je n'avais pas de crampons, rien. J'arrive dans le vestiaire et je vois Sparky, Eric, Pete, Incey, Brucey, Skipp et je me disais 'ouah, il y a deux ans je les regardais'.”

“C'était incroyable, l'équipe ne comptait que des internationaux qui connaissent le chemin. L'état d'esprit était complètement différent , il fallait gagner et progresser, tout le temps.”

Vous pouvez dès à présent écouter le reste de l'interview de Coley, ainsi que les précédents épisodes du UTD Podcast, sur toutes vos plateformes podcast préférées.

Recommandé:

Mots-clés liés