ole

Ole : "nous devons attaquer chaque match"

Ole Gunnar Solskjaer dit que ses joueurs doivent attaquer chaque match comme si c'était le dernier, alors que nos campagnes de Premier League et d'Europa League approchent de la fin.

Manchester United accueille Burnley à Old Trafford en Premier League cet après-midi et selon Ole une victoire est essentielle, si nous voulons mettre le plus de pression possible sur le leader Manchester City.
 
Trois points dimanche après-midi nous ramèneraient à huit longueurs des Skyblues et, alors qu'il faudrait un gros faux pas pour que l'équipe de Pep Guardiola ne remporte pas le titre, Solskjaer dit que nous devons être prêts à profiter de tout faux pas de nos voisins.
 
Burnley à domicile s'est révélé être un match difficile pour nous ces dernières années, les hommes de Sean Dyche étant invaincus lors de leurs quatre dernières visites à Manchester. Dans notre entretien exclusif avec le patron, il explique pourquoi les Clarets sont des adversaires si difficiles à manœuvrer, s'il est possible qu'Eric Bailly et Marcus Rashford soient de la partie, ainsi que la demi-finale de l'Europa League contre la Roma...
ooo
Ole, vous avez guidé l'équipe vers une autre demi-finale. A quel point es-tu enthousiaste pour cela ?
“Très. Comme vous l'avez dit, nous avons participé à plusieurs d'entre elles ces deux dernières saisons, et nous avons eu l'expérience de la déception, et nous ne voulons pas que cela se reproduise, donc nous sommes pleinement concentrés sur la qualification.”
 
Évidemment, nous parlerons plus en détail du défi que représente la Roma plus tard, mais avant cela, deux matchs importants de Premier League - Leeds en déplacement, qui sera un grand match, mais Burnley d'abord. Qu'en pensez-vous ?
“Un grand match, un match important. Nous avons eu du mal ces deux ou trois dernières années à Old Trafford, donc ce sera un défi, nous le savons. Nous devons mériter le droit de jouer, parce que nous jouons contre une équipe très expérimentée, très bien organisée, qui possède certains attributs contre lesquels il faut toujours être performant : les coups de pied arrêtés, le physique, l'énergie. Nous sommes donc impatients d'y retourner.”
 
Et qu'est-ce qui fait de Burnley un adversaire difficile et dangereux ?
“Comme je vous l'ai dit : ils sont très bien organisés, très expérimentés, ils ont des joueurs avec des qualités individuelles qui seront toujours difficiles à défendre. Les coups de pied arrêtés, toujours avec beaucoup de dynamisme. Il y a également Dwight McNeil, dont la remise de balle est très difficile à contrer, il y a des gars costauds qui mettent leur corps en jeu, ils veulent diriger le ballon, il y a de bons déplacements aussi. C'est une équipe bien entraînée”
.
En ce qui concerne l'équipe en général, c'était vraiment bien de voir plus de jeunes dans l'équipe du jour en Europa League contre Grenade. Des joueurs comme Anthony Elanga et Will Fish, une grande expérience pour eux...
“Une bonne expérience pour eux bien sûr, mais aussi un signe : la saison a été longue, il y a eu des blessures, des joueurs suspendus. Nous avons tout donné depuis le premier jour jusqu'à maintenant et ils ont eu la chance de ressentir ce qu'est un grand match.”
 
On a l'impression que c'est la dernière ligne droite pour tout le monde maintenant. Il reste environ six semaines. Comment jugez-vous la Premier League ? City a une grande avance, mais il reste sept matches. Que peut-il se passer ? Quel est l'état d'esprit ?
“L'état d'esprit, c'est un match après l'autre. Maintenant nous pouvons voir la ligne d'arrivée de la saison. Il faut foncer, attaquer chaque match comme si c'était le dernier, car toute la saison, nous avons dû nous battre pour obtenir des résultats. Chaque match a été un défi car nous avons dû nous pousser nous-mêmes, pousser l'équipe, et je pense que nous avons l'air bien pour les six dernières semaines.”