SAF

Sir Alex Ferguson répond aux questions des fans

Le documentaire très attendu sur Sir Alex Ferguson sortira fin mai et pour en faire la promotion, le légendaire manager de Manchester United a répondu à quelques questions des fans.

L'homme de 79 ans est apparu sur Zoom avec son fils Jason Ferguson, réalisateur du film, Sir Alex Ferguson : Never Give In, en compagnie de la présentatrice Edith Bowman, pour discuter de la réalisation du film, dans le cadre du Festival du film de Glasgow. Les 10 dernières minutes de la discussion ont été consacrées aux questions des fans.

Au cours des deux prochains jours, nous publierons l'intégralité des réponses de notre légendaire patron, Sir Alex révélant son état d'esprit de manager, ce qui permet de déterminer si un joueur est le bon choix ou non, et bien plus encore.

Sir Alex, en grandissant en Ecosse, avez-vous toujours pensé que le football serait votre destin dans la vie ? A-t-il toujours été quelque chose que vous vouliez faire dans votre vie ? Merci pour tout ce que vous avez fait pour MUFC, au passage...

Eh bien, je parle au nom de tous les jeunes garçons de Govan et de Glasgow, qui, en grandissant, n'avaient que le football comme horizon. Du football tous les jours. C'était comme ça. Il n'y avait rien d'autre dans ma vie. Il y a beaucoup de régions en Grande-Bretagne où l'on joue au cricket ou au rugby, mais à Govan, la seule chose qui comptait était de jouer au football et chaque jour de ma vie était consacré au football. Aucun doute là-dessus.

Quelle était votre mentalité en tant que jeune footballeur et comment votre état d'esprit a-t-il évolué - ou a-t-il changé ? - lorsque vous êtes devenu manager ?

Non, non. Mon état d'esprit à chaque fois que je jouais un match de football était de gagner. C'était la seule chose qui comptait. C'était l'aspect gagnant tout le temps. Je pense que c'était une chose naturelle pour moi. Mon éducation y est pour beaucoup, mais l'important, c'était cette détermination intérieure qui faisait que lorsque j'entrais sur le terrain pour jouer, c'était pour gagner. Rien d'autre ne comptait. Bien sûr, il ne s'agit pas seulement de gagner. Il faut jouer et s'amuser aussi, mais tous les jeunes enfants aimaient jouer au football. Tous. Le plus important était de gagner et cela faisait partie de moi.

Merci pour tout ce que vous avez fait pour notre merveilleux club et c'est un plaisir de vous voir de retour aux matchs et en bonne santé. En dehors du talent évident, quel est le principal trait de personnalité que vous recherchez chez les joueurs ?

Certains de mes joueurs étaient des footballeurs absolument innés avec un talent naturel. Mais il y avait d'autres joueurs qui partageaient ma détermination, qui n'étaient peut-être pas les meilleurs joueurs, mais qui sont devenus les meilleurs joueurs, parce qu'ils avaient aussi quelque chose en eux. Je me souviens d'une de mes premières défaites en tant que manager, à 32 ans. Je ne m'y attendais pas. Je suis entré dans le match les yeux grands ouverts, en pensant que ça allait être facile. Nous avons perdu 5-2 contre Albion Rovers. J'étais le manager d'East Stirling, les joueurs étaient payés 5£ par semaine, ou quelque chose comme ça. Je suis rentré à la maison et j'ai dit ”si je n'ai pas Alec Ferguson dans mon équipe, je ne vais pas réussir“. J'ai donc fait en sorte que mes joueurs aient une grande force mentale, à partir de ce moment-là.

Parmi les nombreuses personnalités publiques qui ont réussi, il m'a toujours semblé que vous aviez un instinct incroyable. Avez-vous une intuition incroyable ?

Je crois en l'instinct. J'avais un bon instinct pour les joueurs et j'avais un bon instinct pour regarder les joueurs que je voulais peut-être acheter. Je savais qu'en regardant certains joueurs, je pouvais voir des traits caractéristiques des joueurs de Manchester United, ou d'Aberdeen, ou de St Mirren. Je pouvais voir cela chez certains joueurs que je regardais. L'instinct était vraiment important. En ce qui concerne l'instinct, il s'agit parfois de choisir l'équipe. Nous jouons contre certaines équipes et j'ai l'instinct de dire : ”Bon, je ne vais pas faire jouer certains joueurs. Je vais faire jouer d'autres joueurs. Je ne dirais pas que c'est de l'intuition, je dirais que c'est de l'instinct.

Comment avez-vous fait pour ne pas vous lasser d'avoir du succès ? Comment avez-vous réussi à réinitialiser votre état d'esprit à la fin de chaque saison, pour aller de l'avant et continuer à réussir ?

Eh bien, l'alternative est d'aimer se faire battre ! Cela ne faisait pas partie de ma vie. Écoutez, je pourrais le résumer de cette façon. Si je dois entrer dans le terrain d'entraînement de Carrington en tant que manager de Manchester United, et que je regarde ce terrain de football et que je vois ce fantastique terrain d'entraînement, pourquoi ne voudrais-je pas y aller tous les jours ? La seule façon d'y parvenir est de réussir. Alors, s'ennuyer ? Je ne me suis jamais ennuyé de ma vie, à propos de quoi que ce soit.

Mots-clés liés