Ryan Giggs en interview.

"Former des jeunes, c'est dans l'ADN du club"

Ryan Giggs a accordé une interview exclusive à MUTV alors que le Pays de Galles était au centre d'entraînement AON hier.

Le recordman de matches disputés et joueur le plus titré de l'histoire du club nous a expliqué pourquoi sa volonté de donner sa chance aux jeunes lui vient de Manchester United.

Il a aussi été ravi d'utiliser les infrastructures du club avec la sélection galloise, qui prépare deux matches contre Trinité-et-Tobago et la Slovaquie.

Giggs au centre d'entraînement AON.
Giggs au centre d'entraînement AON.

Ryan, re-bienvenue au centre d'entraînement Aon ! C'est toujours la maison pour vous ?

“Oui, toujours. Évidemment, j'ai passé beaucoup de temps ici en tant que joueur, puis en tant que coach. Donc c'est sympa de revoir des têtes connues et d'être là. Après, je suis souvent là puisque mon fils s'entraîne ici tous les mardis et jeudis. Mais c'est toujours bon de revenir.”

Avez-vous remarqué que votre nom se trouve sur une plaque au Jimmy Murphy Centre, en tant que double vainqueur du titre de jeune joueur de l'année ?

“Oui, c'était il y a longtemps ! Je suis très reconnaissant envers Manchester United de nous laisser utiliser les installations ici. Ce n'est pas souvent que l'on joue à Wrexham. On a des installations dans le nord du Pays de Galles, mais elles ne sont pas encore totalement prêtes, donc on a sauté sur l'occasion de venir ici, d'une part parce que les infrastructures sont de qualité, et que ça apporte un peu d'enthousiasme. Ce n'est pas tous les jours que vous pouvez vous entraîner dans ces conditions.”

C'est une bonne chose pour les plus jeunes de votre groupe d'être là ?

“Oui, sans aucun doute. J'essaie de tirer les standards vers le haut. Et ici, c'est le top du professionnalisme. Les terrains sont superbes, et le reste du complexe également. Après l'entraînement, on ne se presse pas pour rentrer à l'hôtel, on prend un café, on discute avec les joueurs. C'est une bonne expérience pour tout le monde, pas seulement pour les jeunes joueurs.”

Albert [Stuivenberg] et Tony [Strudwick] sont aussi de retour. Qu'apportent-il au staff ?

“Chaque membre du staff est précieux. Tony et Albert ont travaillé ici, donc ils signent aussi leur retour. Je crois que tout le monde apprécie. Je savais qu'en venant ici on prendrait soin de nous.”

Votre fils Zach est à l'Academy, est-ce que vous revoyez Nicky Butt quand vous venez ici ?

“Oui, son fils a le même âge que le mien, donc on se voit tout le temps. C'est un de mes meilleurs amis, je suis déjà revenu pour parler aux équipes de jeunes. Je viens aussi parfois prendre un café avec lui. Comme je l'ai dit, je reviens souvent ici.”

Vous êtes souvent à l'Academy. Nous sommes fiers de continuer à former des joueurs qui percent en équipe première...

“C'est génial de voir ça. Quand vous regardez le nombre de jeunes d'ici qui ont joué ou qui étaient sur le banc contre le PSG, c'est incroyable. Former des joueurs pour l'équipe première, c'est dans l'ADN de ce club. C'est ce que j'essaie de faire avec l'équipe nationale galloise. Amener des jeunes joueurs au haut niveau, leur donner une chance. Très souvent, ils la saisissent.”

Gareth Bale et Tony Strudwick
Gareth Bale et Tony Strudwick au centre Aon mardi.

Est-ce quelque chose en lequel vous avez toujours cru ? Quand vous étiez coach  ici, vous avez aussi lancé quelques jeunes...

“Oui. J'ai moi-même eu ma chance à 17 ans. C'est ce dont vous avez envie quand vous êtes jeune. Après, c'est à vous de la saisir. Car entrer dans l'équipe est une chose, y rester en est une autre. Je ne lance pas des jeunes pour le plaisir. S'ils sont bons, leur âge importe peu. Il faut aussi des joueurs plus expérimentés pour qu'ils soient protégés. C'est un équilibre. Notre groupe est un bon mixte entre les deux.”

Vous avez déclaré que Gareth Bale était le meilleur joueur de l'équipe. Est-ce qu'avoir quelques jeunes qui tapent à la porte lui enlève un peu de pression ?

“Gareth joue au Real Madrid, il est constamment sous pression. Je sais ce que c'est de jouer dans un grand club, donc il est en mesure de la gérer. C'est un des meilleurs joueurs du monde, mais effectivement, avoir d'autres bons joueurs, notamment sur les postes offensifs, ça enlève un peu de pression.”

Pour revenir sur votre expérience de coach, nous avons malheureusement perdu Eric Harrison récemment. Vous étiez présent aux funérailles. Pensez-vous que vous avez repris un peu de ses méthodes ?

“Eric a énormément compté dans mon apprentissage. Il cherchait toujours à tirer le meilleur de ses joueurs. Il voulait que l'on donne tout, mais il nous laissait aussi nous exprimer. Il voulait que l'on prenne du plaisir en jouant. Toutes ses équipes jouaient un football divertissant, dans le style de Manchester United. J'essaie aussi de développer une philosophie offensive.”

Tom Lawrence et Ryan Giggs.
Tom Lawrence et Ryan Giggs.

Est-ce qu'il faut toujours de la poigne avec les joueurs d'aujourd'hui ?

“Bien sûr. C'est de plus en plus difficile, mais c'est le cas pour tout le monde. Il faut avoir des standards élevés pour vos joueurs, c'est ce que faisait Eric avec nous. Vous prenez un peu de tous les coaches que vous avez connus dans votre carrière. Eric a beaucoup compté pour moi, tout comme Sir Alex [Ferguson].”

Retrouvez l'intégralité de cette interview sur notre application officielle.

Recommandé: