Anthony Martial

UTD Interview : Faire le bon choix

La vie est faîte de choix.

“Quand je regarde le passé, grandir dans Les Ulis, nous n'avions pas beaucoup d'options, pas d'argent. On avait le choix entre faire du sport, s'inscrire à l'école de beauté ou se tromper et finir par faire des mauvaises choix et terminer au mauvais endroit.

”J'ai eu beaucoup de chance d'avoir des parents qui m'ont soutenu.

”En face de chez moi, on avait “le terrain”.La qualité du terrain n'était pas extraordinaire mais au moins il y avait de la pelouse.

”Souvent les grands nous viraient quand ils venaient jouer et on se retrouvaient à jouer sur une surface dure, et quand tu tombes dessus...aïe. Mains et genoux écorchés, le terrain n'était pas excellent mais on voulait jouer au foot ça suffisait, on était content.

”On allait jouer tous ensemble après les cours. Tous les enfants de tout âges, soit dans un grand match, soit en petits groupes pour s'amuser entre nous.

”C'était génial.

“Mon père n'avait pas beaucoup de chemin à faire pour me ramener à la maison parce que c'était à côté, il me regardait jouer pendant un moment, puis je le voyais arriver. ”

“Mes parents savaient que je voulais jouer au foot et m'entraîner avec mes amis tout le temps, ils me laissaient jouer mais au bout d'un moment mon père me regardait avec cet air qui disait: Allez on rentre.”

“Il savait que je ne rentrerais pas tout de suite. Donc il devait continuer à regarder, et il restait planté là pendant des lustres. On peut dire que c'était mon fan numéro 1.”

“Mes parents m'ont acheté des chaussures. Pas cher, elles coûtaient probablement 10 €, mais c'est tout ce dont j'avais besoin. Je jouais trop pour avoir de jolies chaussures, elles auraient été usées. J'avais ce qu'il me fallait, je pouvais jouer au football tout le temps et j'étais content. J'ai juste joué, joué, joué et joué.”

“Mon père m'a toujours dit que j'étais rapide et technique. Je ne sais pas si c'était vrai à l'époque mais il me disait tout le temps ça.”

“À l'époque mes joueurs préférés étaient Ronaldo et Ronaldinho, ils étaient fantastiques et élégants. Leurs matchs étaient beaux à regarder.” 

“J'aimais surtout Ronaldinho, parce que c'était un joueur qui faisait rêver, avec son grand sourire sur le terrain et ses qualités techniques... Je pense que cette combinaison de qualités techniques et les buts qu'il marquait, c'est ce qui inspire les gens.”

(Au fait, tout le monde dit que je ne souris pas quand je suis sur le terrain, mais ce n'est pas fait exprès ! Ceux qui me connaissent savent que je suis toujours en train de plaisanter. Je ne sais pas pourquoi ce n'est pas le cas sur le terrain - c'est peut-être la concentration - mais je peux vous assurer que j'ai toujours été comme ça, que je suis toujours heureux et qu'hors du terrain j'aime penser que je suis un bon vivant !)

“Ronaldinho était connu pour ses dribbles. J'essayais de faire comme lui.”

“Au début, vous devez avoir un éventail de compétences en plus de votre combativité. Et il faut être rapide, être capable de courir vers votre adversaire lorsque vous avez le ballon à vos pieds. J'ai toujours adoré dribbler la balle et je suis devenu assez bon. J'ai continué à m'améliorer et j'ai rejoint le CO Les Ulis, mon club local, et j'ai fait de très belles années.” 

“Nous avons eu d'excellents entraîneurs qui nous ont donné de bons conseils, et c'est là que j'ai pu jouer avec mes amis. C'était vraiment une expérience inoubliable. C'était juste pour le plaisir de jouer, et de s'amuser. Ils y avaient tous les enfants des quartiers voisins, on a pas été faciles à gérer, mais ils ont réussi, d'une façon ou d'une autre, à produire d'excellents joueurs, la gestion a joué un rôle important dans tout cela.”

“Il y en a qui n'ont pas eu la chance de réussir. Le contexte était difficile et ils ont peut-être fait des choix qu'ils ne feraient pas aujourd'hui. Cela ne s'est pas si mal passé pour certains d'entre eux, mais ils ne pensaient pas assez à faire carrière, que ce soit dans le sport ou ailleurs, et c'est dommage.”

“J'ai gardé des amis là-bas que je connais depuis que j'ai cinq, six ans et ils sont contents pour moi aujourd'hui. Quand j'ai du temps je retourne aux Ulis pour les voir et de temps en temps ils viennent me voir.”

“Certains d'entre eux étaient sur le même terrain que moi, ils essayaient de copier Ronaldinho ou Ronaldo. Si je fais des gestes techniques dans un match, mes frères ou eux m'enverront des vidéos, ou d'autres dribbles à regarder, et tout cela fait partie du jeu - tant que vous respectez votre adversaire - mais il n'y a pas que les dribbles dans le foot.”

“Je veux marquer des buts, c'est mon objectif premier.”

“À l'entraînement, on a le temps de s'amuser aussi. On peut prendre du temps supplémentaire après la fin de l'entraînement pour faire ce qu'on veut. On peut toujours prendre le temps d'essayer quelque chose, mais pour moi il faut que ça m'aide à marquer des buts.”

“Au début j'adorais dribbler, mais je sacrifiais d'autres aspects du jeu.”

“Il s'agit de prendre les bonnes décisions, comme je l'ai dit plus tôt. Si vous prenez deux ou trois mauvaises décisions au cours d'un match sans marquer un but - disons que vous prenez la décision de ne pas passer, puis que vous ratez votre finition - alors vous n'aidez pas l'équipe.”

“Vous êtes tellement pris par le désir de faire de votre mieux, parfois votre enthousiasme dépasse vos propres capacités. Vous devez toujours vous rappeler que vous jouez ensemble en équipe. Le football est un sport collectif.”

“Je suis concentré sur mon rôle d'attaquant central, je dois marquer des buts et aider l'équipe.”

“Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de dribbles, parce que les gestes techniques  font partie de votre apprentissage et de la passion que vous avez quand vous êtes un joueur de football.”

“Vous avez travaillé dur pour arriver là où vous êtes si vous jouez ici à Manchester United, c'est important de ne pas perdre cette joie de jouer parce que si vous perdez cette passion, les choses deviendront beaucoup plus difficiles pour vous, mais si je fais un beau geste, je veux marquer après.”